Le Pain d’épices

Le pain d’épices est un gâteau au miel, agrémenté d’épices diverses comme la cannelle, la coriandre, le gingembre ou l’anis étoilé (badiane).

L’ancêtre du pain d’épice est le pain de miel. Celui-ci était connu des anciens Égyptiens et des Grecs puis des Romains. Ce pain de miel était fait de différentes farines et de miel, sans épice.

Mais il semble que notre pain d’épices dérive plus précisément du « Mi-Kong » chinois, littéralement pain de miel, fait à partir de farine de froment, de miel et quelquefois relevé de plantes aromatiques. Il est attesté au Xe siècle et s’est répandu, entre autres par les soldats de Gengis Khan, jusqu’au Moyen-Orient actuel où les Arabes l’adoptent.

Lors des Croisades aux XIIe-XIIIe siècles les Européens apprennent à connaître à leur tour ce pain de miel et les épices orientales : ils en rapportent alors la recette en Allemagne et en France où il se diffuse par les réseaux monastiques, en particulier par les moines cisterciens. Des régions comme l’Alsace ou des villes comme Reims puis Dijon ont acquis une grande réputation dans la fabrication du pain d’épices avec des recettes spécifiques (type de farine, nombre d’épices…). Cette fabrication artisanale qui utilisait des moules en terre vernissés ou en bois sculptés s’est industrialisée au XIXe siècle et restructurée à la fin du XXe .

« À la foire aux pains
d’épices » Jules Ferry
croque un prêtre
en pain d’épice

La Foire aux pains d’épices de Paris aurait pour origine l’histoire de l’Abbaye de Saint- Antoine-des-Champs. Celle-ci occupait le site actuel de l’hôpital Saint-Antoine de Paris et possédait le quartier de Paris où se tiendra la future la foire aux pains d’épices et ses cuisines fabriquaient des pains composés de miel, de seigle et d’épices destinés aux pauvres. Pour les remercier, le roi leur aurait accordé le privilège de vendre ces pains la semaine de Pâques. L’abbaye naissante (elle n’aurait été établie qu’en 1204…) et située dans le faubourg aurait également eu le droit par une ordonnance royale de conserver dans ses rues ses troupeaux de cochons équipés d’une clochette qui se nourrissaient des ordures quotidiennes alors que ceux-ci étaient interdits dans Paris après la mort de l’héritier royal en 1131. Ce serait en remerciement de cette faveur que les moines-boulangers auraient donné la forme d’un cochon à l’oreille fendue au pain d’épice qu’ils avaient le privilège de vendre à l’occasion de la ” Foire Saint Antoine ” qui deviendra la célèbre foire aux pains d’épices.

La foire aux pains d’épices de Paris, ancêtre de l’actuelle Foire du Trône, se tenait autour de la place de la Nation au moment de Pâques. Après des débuts timides en 1805 elle prit une ampleur considérable tout au long du XIXe siècle en se transformant en une gigantesque fête foraine. Le pain d’épice y avait toute sa place : si on ne comptait en 1830 que vingt-cinq marchands, ils étaient près de mille dans la dernière décennie du XIXe siècle, avec leurs étagères chargées de pain d’épice sous toutes les formes, ornées de figures diverses et colorées. La popularité de la fête est soulignée par une abondante iconographie et par l’existence de plusieurs chansonnettes consacrées ‘’A La Foire Au Pain D’Épice’’ comme celle composée en 1875.

Sources : Wikipedia

Notre pain d’épices est fabriqué à partir d’une recette élaborée par nos soins. Il est composé de produits de qualité, sans sucre ajouté. Cela lui confère ses qualités de conservation et ses arômes intenses.

Composition : Miel, farine de blé, farine de seigle, eau, épices, bicarbonate de sodium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *